Les juke-joints


Le Blue Front Café à Bentonia
Pour écouter le blues authentique dans le delta du Mississippi, il faut absolument fréquenter les fameux juke-joints, ces clubs que l'on peut encore trouver en s'aventurant dans les quartiers noirs des villes du delta. Ces "boites de nuit" où se joue encore le delta blues ne sont pas forcément des locaux dédiés, ça peut être une épicerie la semaine transformé en juke-joint le samedi soir. Les juke-joints sont souvent difficiles à repérer car il n'y a généralement pas d'enseigne publicitaire sur la façade. Il vaut mieux connaître et avoir l'adresse précise. D'une manière générale, les juke-joints sont exigus et d'un confort plus que rudimentaire, c'est soit une baraque en bois soit un bloc de béton sans fenêtre. L'aspect extérieur est effectivement peu engageant. Si on n'entend pas la musique de l'extérieur, on se demande si ce local qui semble abandonné est vraiment ouvert ? Le fait de ne rien voir de l'intérieur (compte tenu de l'absence de fenêtre) est assez gênant. Rien que le fait d'ouvrir la porte nous engage un peu. Les touristes (surtout blancs) ne sont pas forcément les bienvenus. Ce sont des endroits où il faut respecter certaines règles, c'est à dire passer le plus inaperçu possible, éviter de prendre des photos, dire qu'on vient pour la première fois (ça inspire l'indulgence ) et qu'on est un fan de blues (on peut vous demander de le prouver, avoir des photos et des articles sur le juke-joint et les musiciens locaux peut aider).

Le site mudcat.org donne une intéressante liste des juke-joints du Delta.

Traduction d'un article paru dans le journal de Memphis "Bluespeak"
(numéro de septembre 1997)
Rentrer dans un juke-joint n'a rien à voir avec aller dans un bar de Beale street à Memphis. Il y a certaines règles non écrites à respecter, et la première règle est la plus importante :
Ces règles ne sont pas appliquées de manière uniforme pour tout le monde, c'est un traitement "à la tête du client". Un incident récent dans le juke-joint de Junior Kimbrough près de Holly Springs est un cas significatif :
Un fan de blues de Chicago y est passé récemment. C'était la troisième fois qu'il venait ces dernières années. Quand il a commencé à prendre des photos, on l'a informé qu'il y avait une taxe de 50 dollars à payer pour pouvoir photographier à l'intérieur du juke-joint. Il répondit qu'il n'avait jamais payé auparavant. Or la règle en ce jour était qu'il y avait une taxe. C'était la règle, et il en fut averti.
Pour vous aider, voici les règles de base à respecter dans l'univers des juke-joints:
Si vous respectez toutes ces règles, vous passerez de bons moments dans les juke-joints. Rien ne remplace une soirée dans un juke-joint.



  Début de la page | Plan du site | Page d'accueil |