Le blues à Chicago


La scène blues sur Chicago est très active et très riche. Les musiciens y sont nombreux et talentueux. La ville peut être considérée comme la capitale mondiale du blues et y aller pour un fan de blues est un peu comme un pèlerinage à la Mecque.
Pourtant, quand on y revient, on ne peut s'empêcher d'avoir une impression de malaise. Le blues y est maintenu en survie artificiellement pour des touristes souvent indifférents et incultes qui viennent assister à un concert de blues à Chicago comme ils iraient à un concert de reggae en Jamaïque ou de tango en Argentine, juste parce qu'il est indiqué dans les guides que c'est à vivre. Alors, la plupart vont au Buddy Guy Legend's car c'est le mieux répertorié dans les guides et qu'il est très bien localisé à proximité du loop, le centre ville où sont situés la majorité des hôtels. Chicago présente une multitude de clubs pour touristes, généralement localisés dans les quartiers blancs et ouvert 7 jours sur 7 où les musiciens aussi talentueux soient ils sont fonctionnarisés (regardant fréquemment leur montre), jouent leurs 3 sets à des horaires parfaitement minutés sans trop d'enthousiasme ni d'imprévus. Ce n'est pas le public souvent peu nombreux et surtout peu intéressé qui les motive à se lâcher. Le masque de tristesse et de résignation de Johnny B. Moore entre 2 sets était en ce sens éloquent.
Contrairement aux français, les spectateurs américains ne prennent pas de photos, ne demandent pas d'autographes, ne vont pas discuter avec les musiciens. La passion n'y est pas. Par contre, pour faire la foire, ils sont bien présents. Si en France, on a tendance à écouter presque religieusement les concerts, ce n'est vraiment pas le cas des américains. J'ai aussi regretté l'absence de jams entre musiciens compte tenu de la densité locale. Le rappel en fin de concert qui est une tradition en France n'existe pas dans les clubs de Chicago.
Il est par ailleurs très difficile de trouver du blues sur les radios Chicagoannes (comme ailleurs aux USA), aucun merchandising autour du blues n'a lieu en dehors des clubs eux même.
L'état lamentable de la maison de Muddy Waters et de la 43ème rue en général sans parler de la Maxwell street en ruine, le sauvetage de justesse des studios Chess renforce encore l'impression de malaise. Aussi, les principales têtes d'affiche sont de plus en plus âgées et la relève tarde à arriver. Quand on entend la jeune génération (Chico Banks, Willie Love) aux styles très éloignés des racines, on peut se montrer inquiet pour l'avenir du blues à Chicago.
Heureusement, il reste aujourd'hui à Chicago quelques types comme Rockin' Johnny Burgin (le René Malines de Chicago) qui organise des bœufs tous les mercredis au B.L.U.E.S. etc pour tenter de dynamiser la scène blues et de donner leur chance à de jeunes musiciens. La plupart des musiciens présents sont blancs (ce qui est logique compte tenu de la localisation du club dans le north side) et le public y est presque exclusivement constitué des musiciens venant jammer. La lumière peut venir de ce jeune musicien (30 ans) blanc qui joue du blues traditionnel, accompagnant des légendes locales comme Jimmie Lee Robinson et Tail Dragger.
Espérons aussi que les efforts de la Blues Heaven Foundation (fondée par Willie Dixon) portent ses fruits.
Pour terminer par une note positive, je signale que j'ai quand même passé de bonnes soirées dans les clubs de Chicago, même si j'ai constaté que les musiciens locaux sont généralement meilleurs quand ils viennent en tournée en Europe où ils se lâchent plus, dans une ambiance plus favorable. Attention, je n'ai pas fréquenté les clubs des quartiers noirs (west side et south side) et mon jugement est de ce fait sans doute un peu faussé.


Programme des concerts
Les programmes des concerts se trouvent dans le journal gratuit "Chicago Reader", section 3. Il est donc important de se le procurer rapidement.
Aussi, il est possible de prévoir ses soirées à l'avance en consultant les sites web des différents clubs. Le programme du mois y est généralement indiqué.


Sites historiques
Disques
Jazz Record Mart - photo de Jocelyn Richez
  • Dr Wax
  • North side: 2523 N. Clark
    South side: 5225 S. Harper Av
Dr wax south side - photo de Jocelyn Richez
reckless, 1532 N. Milwaukee - photo de Jocelyn Richez

Labels


Cette page est en cours de réalisation.
Elle sera achevée dans une version ultérieure.





  Début de la page | Plan du site | Page d'accueil |