Cathead - photo de Jocelyn Richez Faites votre choix en cliquant sur la carte

Hwy 61 et 49 - photo de Jocelyn Richez

champ de coton - photo de Jocelyn Richez

affiches - photo de Jocelyn Richez
Le Mississippi est un état rural. La population est noire à 70 %. C'est l'état le plus pauvre des Etats Unis. Une proportion importante de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Des maladies comme la tuberculose et la syphilis font encore des ravages, nombreux sont les enfants qui naissent aveugles. La mortalité infantile y est très élevée, au niveau de certains pays du tiers-monde. Les médecins sont peu nombreux. Il n'est pas rare dès que l'on sort des grands axes comme les highway 61 et 49 de devoir rouler sur des chemins de terre complètements défoncés, beaucoup de voies de chemin de fer sont abandonnées, la plupart des villages ont des faux air de Jamaïque, avec leur cabanes en bois délabrées, parfois sans eau courante et sans sanitaires.

La culture du coton fut à la fois la richesse et la principale source d'emplois de l'état. Aujourd'hui, la mécanisation et la concurrence ne lui permettent plus de faire vivre correctement la population. Il faut trouver de nouvelles sources de revenus, d'où l'élevage de catfish (le fameux poisson chat chanté par les bluesmen du delta; "catfish blues" enregistré à l'origine par Robert Petway en 1941 fut notamment repris par Muddy Waters) et l'implantation des casinos.

Au début du 21ème siècle, les américains ont commencé à se rendre compte que le tourisme musical (ou bluesical) peut devenir une réelle source de profits. Ainsi, de grands travaux ont démarré pour en préserver les sites historiques et les mettre un peu en valeur ("Blues alley" à Clarksdale, "Leland blues project" à Leland, "rehabilitation de Farish street" à Jackson). Le Mississippi blues trail continue d'installer des panneaux sur les sites les plus amblématiques de l'histoire du blues, rendant aussi hommage aux principaux pionniers qui ont créé et fait évoluer le blues. Plusieurs musées ont vu le jour notamment à Clarksdale, à Indianola, à Leland et à West Point. Les murs peints en hommage aux bluesmen locaux se sont multiplié notamment à Leland, à Clarksdale, à Tutwiler et à Indianola. Une association comme The Killer Blues Headstone Project réuni de l'argent pour financer des pierres tombales pour les bluesmen décédés. Des bluesmen ont été honorés par une rue (BB King à Indianola, John Lee Hooker à Clarksdale, Willie Dixon à Vicksburg, Frank Frost à Helena etc...), par une statue (BB King à Indianola, Howling Wolf à West Point) ou par un parc (BB King à Indianola). De nombreux festivals, des clubs (comme le Ground Zero à Clarksdale) ont été créés de même que des blues societies. L'action de certaines personnalités comme Roger Stolle à Clarksdale fut particulièrement déterminante.
Evidemment, le danger dans tout cela, c'est la perte d'authenticité. Mais c'est sans doute le prix à payer pour la préservation et le développement des sites existants.

Film "Deep blues" de Robert Mugge (1991)
Reportage sur le blues dans le Mississippi en 1989/90.
Mississippi Blues - 1991 Trip to North Mississippi

http://www.usa-decouverte.com/sud/mississippi.html

Le kudzu

Le kudzu - photo de Jocelyn Richez Le kudzu est une sorte de lierre provenant du Japon qui a la particularité d'avoir une croissance extrèmement rapide. Le Kudzu est en train d'envahir le Mississippi où il recouvre déjà des forêts entières.

Les casinos

Les casinos

casino country d'Helena - photo de Jocelyn Richez
casino rhythm and blues d'Helena - photo de Jocelyn Richez
Compte tenu de la situation économique catastrophique dans la région du delta, il faut trouver de nouveaux revenus et donc de nouvelles activités pour remplacer progressivement la culture du coton qui ne fait plus vivre correctement la population locale.
L'implantation des casinos dans l'état le plus pauvre des USA fut une proposition étrange et paradoxale. L'opération casinos dans le nord du delta fut lancée en 1992. Mais au bout de 2 ans, le premier casino de la région, le Splash Casino fut fermé et abandonné. En 1995, tous les voisins du Splash Casino avaient également fermé boutique pour se déplacer vers Tunica et Robinsonville. Le bilan des 5 premières années donne 12 faillites pour une trentaine de casinos. Les investisseurs ont dépensé des billions de dollars pour construire des casinos associés à des palaces somptueux qu'ils ont généralement fermé dans les deux années suivantes pour les laisser pourrir sur les berges du fleuve. Les experts ont attribué cet échec à un trop grand éloignement de Memphis et ont donc déplacé les casinos vers le nord. Et plutôt que d'accepter les pertes et de reconnaître que l'implantation des casinos était une mauvaise idée, les investisseurs ont reconstruit des casinos plus grand et plus fous, de manière à ce que l'on ne puisse pas les rater en passant sur la highway 61. Le succès est semble-t-il au rendez-vous puisque les derniers chiffres (1999) annoncent 16 millions de visiteurs par an soit environ 45000 visiteurs par jour.
Pourtant, j'ai pu constater que les immense parkings sont toujours presque totalement vides, et que l'on peut généralement se garer juste devant la porte du casino. Ce qui est dommage est que ces parkings (aussi immenses qu'inutiles) ont été construits à l'emplacement de village comme Penton, Commerce et Clacks qui ont marqué l'histoire du blues. Et si vous cherchez une chambre d'hôtel bon marché dans le delta, vous pouvez semble-t-il en trouver à tous moments dans les casinos. Il y aurait de nombreuses chambres vides toutes les nuits. Parmi les retombées négatives, la plus significative concerne l'accroissement exponentiel de la délinquance et des délits tels que la fraude à la carte bleue et les détournement de fonds si bien qu'il a fallu construire un nouveau tribunal.

Envoyez moi vos remarques et commentaires concernant le site

Ecrivez moi
jrichez@route-du-blues.net

Copyright © Jocelyn RICHEZ 2018

  Début de la page | Plan du site | Page d'accueil | Références |