Le blues à New Orléans

Le jazz à New Orléans

Les musiciens de rue

Le quartier français

Le vaudou

Les attractions touristiques


La ville fondée en 1718 par Jean Baptiste Le Mayne de Bienville fut baptisé Nouvelle Orléans en l'honneur du régent de France (le duc d'Orléans). C'est en 1722 que Adrien de Pauger trace les plans de ce qui reste encore aujourd'hui le cœur de la ville: le vieux carré. La cité portuaire fut alors nommée capitale de la Louisiane. La ville fut cédée secrètement aux espagnols en 1762. Elle redevint française en 1800 mais Napoléon la vendra définitivement aux Etats Unis en 1803.
La Nouvelle Orléans est une ville cosmopolite et multi-culturelle ce qu'on retrouve évidemment dans la musique (très métissée) mais également dans la cuisine où l'on ressent les influences françaises (les fameux beignets !), acadiennes et créoles notamment (jambalaya, gombo, fruits de mer en général et bien sûr la sauce piquante). Pas de problème à la Nouvelle Orléans pour éviter l'infâme hamburger au ketchup. N'hésitez pas à goûter de l'alligator, quand il est bien cuisiné (ce n'est pas le cas partout) c'est assez bon.
La Nouvelle Orléans est une ville qui aime faire la fête. La plus célèbre dure 3 semaines et attire des visiteurs du monde entier: c'est le fameux carnaval du mardi gras où des parades extravagantes, et toutes sortes de festivités plus ou moins débridées envahissent les rues de la ville. Autres festivals d'envergure, le "New Orleans Jazz and Heritage Festival" qui dure une dizaine de jours fin avril et qui attirent des milliers de musiciens des 4 coins des Etats Unis (dans des styles assez divers), le "Tennessee Williams Literary Festival" (21-24 mars) et le "Gumbo Festival" (11-12 octobre).
Si aujourd'hui, la Nouvelle Orléans n'est plus la capitale de la Louisiane, elle en reste la ville la plus importante et la plus peuplée avec ses 650000 habitants, noirs en majorité.

Le vaudou à la Nouvelle Orleans
Vitrine vaudou - photo de Jocelyn Richez Marie Laveau house of voodoo - photo de Jocelyn Richez Aussi étonnant que cela puisse nous paraître, cette "religion" venue d'afrique est encore bien présente à la Nouvelle Orléans. Il existe même un Voodoo Tour qui inclut bien sûr la visite du musée du vaudou, mais aussi un passage au cimetière Saint Louis où est enterrée Marie Laveau et un tour au congo square.
Le vaudou est omniprésent dans le répertoire des musiciens de la Nouvelle Orléans, je pense en particulier à Doctor John (Mac Rebenac) et à Coco Robicheaux. On la retrouve également dans les textes des bluesmen du delta; "Got my mojo workin'" est un des plus fameux standards de Muddy Waters.
Jimi Hendrix a obtenu l'un de ses plus grands succès avec le titre "Voodoo Child" (repris magistralement par Stevie Ray Vaughan).
Ce n'est sans doute pas pour rien que le blues est appelé "la musique du diable". Un des albums de Kenny Neal s'intitule "Devil child".

Le musée du vaudou

724 Dumaine street
musée du vaudou - photo de Jocelyn Richez Situé au coeur du quartier français, le musée du vaudou existe depuis 1972.
Il y est exposé un grand nombre d'objets symboliques, des photos, des masques africains, des poupées rituelles, des gris-gris etc ... On y dévoile les secrets des rituels vaudous. Les guides expliquent les vertus des herbes, potions et autres filtres magiques.

Le voodoo bar

225 Decatur Street
voodoo bar - photo de Jocelyn Richez C'est le voisin du House of Blues, on y accède par la même allée.
voodoo bar - photo de Jocelyn Richez voodoo bar - photo de Jocelyn Richez On y trouve un magnifique totem contenant des serpents (qui symbolisent le voyage accompli par les esprits), les inévitables têtes de morts et un chien à la tête inquiétante.

Maison de Marie Laveau

1020-22 St Ann Street
Marie Laveau - photo de Jocelyn Richez Marie Laveau - photo de Jocelyn Richez Marie Laveau est LE personnage incontournable de la culture vaudou. La célèbre prêtresse née en 1794 était surnommée "Voodoo queen" (la reine du vaudau). Marie Laveau a habité avec ses enfants sur ce site de 1839 à 1895 (d'après la plaque posée sur la maison, ce qui est surprenant car elle serait morte en 1881 !). La superbe maison ci-contre a été construite plus tard en 1905 ce qui signifie que Marie Laveau n'y a pas logé.

1024 St Ann Street
Marie Laveau apartments - photo de Jocelyn Richez La superbe enseigne en bois des Marie Laveau Appartments avec une marmite pleine de serpents.

Tombe de Marie Laveau

Cimetière St. Louis N°1 - 425 Basin Street
Tombe de Marie Laveau - photo de Jocelyn Richez Tombe de Marie Laveau - photo de Jocelyn Richez Le cimetière Saint-Louis est le plus ancien cimetière de la ville de La Nouvelle-Orléans. Il fut ouvert en 1789 à l'époque de la Louisiane française. La tombe de Marie Laveau (1794-1881) est beaucoup plus visitée que celles des bluesmen Robert Johnson, Charley Patton, Sonny Boy Williamson II.

Le Congo Square

C'est le titre d'une chanson de Sonny Landreth reprise par Tom Principato et John Mayall. Elle décrit bien ce qui s'y passait la nuit.
Le "Congo Square" est le jardin public peu fréquentable où au 19ème siècle, les esclaves noirs se réunissaient pour les cérémonies "vaudou". Le samedi soir, ils étaient nombreux à venir pour danser au rythme des percussions. Vers minuit, des personnages comme la sorcière Marie Laveau faisaient leur apparition.
Le jardin public est aujourd'hui rebaptisé "Parc Louis Armstrong" en hommage au célèbre trompettiste qui a grandi dans le quartier.

Les boutiques

Voodoo shop - photo de Jocelyn Richez On trouve plusieurs boutiques "vaudou" dans le quartier français, notamment Bourbon street. On y vend une multitude de gadgets (les fameux mojos) pas toujours de bon goût.

Copyright © Jocelyn RICHEZ 2019

  Début de la page | Plan du site | Page d'accueil |